Max Pfaender
Max Pfaender

D'origine allemande, Max Pfänder est né le 21 septembre 1900 à Riechenbach en Saxe. Lui et sa famille quittent l'Allemagne pour s'établir à Saint-Gall en 1910, ville où il découvre son talent de sculpteur pendant l'adolescence.


Il termine ses études obligatoires en 1919 et commence une formation de sculpteur marbrier chez Wilhelm Meier de Saint-Gall auprès duquel il resta jusqu'en 1922. Deux ans après, il retourne outre frontière et s'installe à Dresde où, pendant cinq années il fréquente l'Académie des Beaux-Arts.


Il part de la «Florence du nord» en 1929 et retourne à Saint-Gall pour y ouvrir son propre atelier d'art funéraire, tout en continuant sa recherche artistique. Afin d'améliorer ses capacités figuratives, il effectue entre 1931 et 1933 pluieurs séjours à Paris où il rencontre et fréquente divers artistes et où il se démontre particulièrement sensible aux oeuvres de Rodin et Maillol. Et c'est entre l'art de ces deux maître que Max Pfänder trouve son chemin artistique qu'il exprime au travers de ses oeuvres qui ne sont, ni aussi dynamiques que celles de Rodin, ni aussi statiques que celles de Maillol.


Il se marie avec Hélène, née Riedener, à l'âge de 34 ans et aura 4 enfants (Eva, Rudolf, Klaus et Hermann). En 1939, toute la famille s'installe à la Neuveville dans le canton de Berne. Là, Max Pfänder pourra se consacrer entièrement à la sculpture dans son atelier de «La Combe».


Entre 1947 et 1949, il fera quelques voyages d'études en Italie et au Tessin. Depuis 1951 jusqu'à sa mort, survenue à Cruïlles en 1969, il va souvent en Espagne, plus particulièrement en Catalogne où il habite pendant ses dernières années et où il trouve une riche source d'inspiration pour son art. Son art, au travers duquel le corps humain a toujours été une quête de la «perfection rythmique», car, disait-il «La vie s'exprime dans des mouvements circulaires continus ; aucun angle, aucune arête aiguë ne doit heurter le cours de cette harmonie infinie des formes».


Max Pfänder, Sculpteur.
1900-1969